La chaîne des présidents de 1932 à nos jours :
 

Fondateurs de l'Espoir Aéronautique :
Albert Alt et Afred Alt direction collégiale de 1932 à 1939
Alfred Alt de 1945 à 1950
 
Les successeurs :
Paul Haas de 1951 à 1952
Armand Schroeder de 1953 à 1983
Guy Muller de 1984 à 1987
Gilbert Philippe de 1988 à 1999
Jean-Luc Bieber de 2000 à 2003
Jean-Pierre Amartin de 2004 à 2013
Denis Gross depuis mars 2013

 

Naissance et essor de l'aviation à Sarreguemines :
 

Les antécédants :

Pour la bonne compréhension des débuts de l'aéro-club, il convient de se replonger dans l'ambiance de cette époque révolue, maintenant lointaine, où l'aviation privée restait le privilège de quelques richissimes, où le vol à voile en France en était à ses premiers tâtonnements, ou le rare passage d'un avion dans le ciel de Sarreguemines déclenchait un attroupement dans les rues et les cris de joie des enfants.
En Mars 1929 deux frères originaires de Sarreguemines fondent avec leur camarade de classe Jean Koch le « meccano-club de Sarreguemines ».
Un peu plus tard, en novembre 1932, hantés par le désir de se donner des ailes, les frères Alt décident de construire un planeur de 6 m d'envergure, le P3.
Ils ont 17 et 15 ans maintenant. En fidèle camarade, Adolphe Metzger, 13 ans, sera journellement de la partie.
Le 9 mars 1933, avec leurs camarades Jean Koch et Adolphe Metzger, les frères Alt décident de donner à leurs activités une forme associative et fondent « l'Espoir Aéronautique de Sarreguemines » dont ils seront jusqu'à la déclaration de guerre les animateurs infatigables et l'élément moteur dans les diverses activités aériennes.
L'aviateur René Levefre, le héros en 1929 de la première traversée française de l'Atlantique-Nord à bord de « l'Oiseau canari » deux ans seulement après l'exploit de Lindenbergh, avec lequel Albert Alt est en correspondance, accepte la présidence d'honneur de l'association.
L'éminent pilote d'essai de la firme aéronautique Caudron (plus tard Caudron-Renault), Charles Franco, originaire de Sarreguemines, adresse aux jeunes dirigeants ses très cordiaux vœux de réussite.
 


L'école de pilotage et l'essor du tourisme aérien :

En mars 1935, les frères Alt prennent contact avec M. Fernand Chauvin, chef-pilote et représentant de la firme Potez à Metz qui se déclare prêt à donner des cours de pilotage à Sarreguemines sous la réserve que le nombre des candidats soit suffisant.
Les jeunes dirigeants de l'aéro-club se lancent alors dans un porte-à-porte qui sera fructueux : 12 élèves pilotes, chiffre inespéré, seront recrutés en dépit du cout de l'apprentissage (un forfait de 4500 Francs).
La première fournée de pilotes d'avions de tourisme formés à Sarreguemines seront brevetés en septembre 1935.
Nous relevons dans ces rangs une jeune femme de 20 ans, Madame Jeanne Bouton qui a le mérite d'être la première femme-pilote du département de la Moselle et dont le mari, Émile Bouton, sera agréé peu après pour la fonction de Commissaire de l'Aéro-Club de France pour la passation des brevets de pilote d'avion et de planeur.
Le tourisme aérien, grâce au dynamisme de ces brevetés, connaitra dès lors un essor inattendu.
 

La renaissance du Vol à Voile :

En novembre 1936, Alfred Alt a 19 ans et lance la section vol à voile de l'Espoir Aéronautique.
Il assumera, en qualité de moniteur bénévole, jusqu'à la déclaration de guerre en septembre 1939, la formation des premiers pilotes planeur.
L'entrainement se fera à bord du planeur-école « Sablier 14 » acquis par le club deux ans auparavant ainsi qu'à bord du planeur « Avia 11-A » racheté d'occasion à l'aéro-club de Toul.
La section a le vent en poupe et l'année 1937 sera bénéfique : le Ministère de l'Air la dote de deux planeurs supplémentaires, un planeur Avia 11A et un planeur Avia 15A. Le vol à voile a dès lors acquis ses lettres de noblesse à Sarreguemines.
1938 apporte deux recrues de choix: les frères Armand et René Schroeder, 14 et 16 ans, qui étonneront leur moniteur dès leurs débuts à la fois par leurs prédispositions innées au pilotage et par leurs habilités manuelles.
Après la Libération, la responsabilité de la section de vol à voile leur sera confiée.
Armand Schroeder dit « Micky » deviendra en 1952 président de l'aéro-club et le restera 32 ans, secondé par Antoinette, son épouse non moins enthousiaste.
Leur deux fils défrayeront la chronique aéronautique : Marc, l'ainé, remportera en 1981 à Paderborn (Allemagne) le championnat mondial de vol à voile (par ailleurs vice-champion du monde en 1987 à Benala - Australie et trois fois champion de France) tandis que Philippe, le cadet, créera en 1978 au terrain industriel de Sarreguemines en collaboration avec ses parents « Schroeder Aviation », une industrie familiale spécialisée dans la vente et la réparation de planeurs ainsi que dans la construction de remorques.

Extraits du livre « Nos Ailes, l'Espoir Aéronautique de Sarreguemines de 1932 à 1950 ».